Publication du n° 164 d’Infosurr

Text in English at the end of the message

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le numéro 164 d’Infosurr est paru, le sixième de cette année (dans les temps) ! Le numéro est envoyé aux abonnés par courrier postal…

Le numéro 164 continue de montrer toute la variété de l’actualité autour du surréalisme. Les grandes expositions s’accumulent et s’enchaînent. Il y a eu Mondes surréels, présentant la somptueuse collection Scharf-Gerstenberg, le fameux « musée surréaliste berlinois » ; les moulages de la « firme Hans Arp », « base [de ses] merveilleuses sculptures » ;

nous faisons encore un retour sur l’exposition Surrealismo e Magia – Modernita incantata [Surréalisme et Magie – La Modernité enchantée] cette fois-ci à Postdam après Venise, et sur les récentes grandes expositions sur Max Ernst – « on peut presque parler d’ubiquité » du « pictor doctus qui, en tant qu’artiste, poète et penseur, ne cessait de se renouveler ».

Il y a bien sûr présence de la poésie avec les expérimentations d’Alain Roussel. Et la revue reste un outil essentiel pour la diffusion des idées et de la poésie surréalistes. Découverte est faite de Des pays habitables (placée sous l’égide « Naïveté – Utopie – Exubérance ») et confirmation pour «S» d’être « le signe vital du surréalisme leedsois ».

Après 27 ans d’existence, Infosurr fait toujours des découvertes. Hommage est ainsi rendu à Charles Radcliffe, l’éditeur de la revue Heatwave, « la seule personne à avoir démissionné avant d’être expulsée » de l’Internationale Situationniste : « Comme la vie de Jack Kerouac reflétait les années 50, la vie de Radcliffe reflète les années 60 ». Le numéro commence en couverture et se conclut avec l’hommage de Desmond Morris au « surréalisme privé » d’Oscar Mellor, qui est resté à l’écart du système marchand mais qui fut producteur d’une oeuvre surréaliste étonnante – dans laquelle Magritte et Delvaux se confrontent au non sens britannique.

Dans les numéros suivants, on continuera de partir à la (re)découverte de singulières aventures comme Will Alexander et sa surréalité poétique, ou la (re)découverte des Poèmes de minuit de Robert Desnos. La rubrique « Figures du ou autour du surréalisme » très fournie et celle « Du goudron et des plumes » continueront à être présentes mais à un rythme plus lent. Hommage sera d’abord rendu à Gérard Durozoi : « Cela volait haut avec Durozoi mais, comble de l’élégance, il faisait en sorte que cela soit toujours compréhensible. » Puis ce sera le tour d’Arturo Schwarz.
Retour sera fait sur Pol Bury dont il ne faut pas oublier l’oeuvre graphique à côté de ses « reliefs animés ». Eclairage sera fait sur les récentes expositions de Camiel Van Breedam, « un fabuleux néo-Dada, digne héritier de Kurt Schwitters » mais aussi sur la mode des expositions « duo » avec cette fois-ci Les Jardins de rêves d’Alberto Giacometti et Salvador Dalí.
Exploration sera menée sur les « objets dramatiques » de Claude Gauvreau et son Vampire et la Nymphomane « opéra méconnu de Gauvreau [qui] constitue sans doute le plus vibrant spécimen de ce greffon québécois du surréalisme que fut le mouvement automatiste »;
Comme quoi, il y a toujours des (re)découvertes à faire, ici et ailleurs.

Sur le site d’Infosurr, vous pouvez trouver l’index et les sommaires des numéros, les catalogues de livres, brochures et revues soutenus et diffusés par Infosurr ainsi que quelques billets d’humeur et nouvelles.

Comme il se doit, pour réaliser toutes ces actions, nous avons toujours besoin de votre soutien : réabonnement, diffusion, signalement de publications, expositions, événements, etc. (Abonnement au bulletin).

La connaissance de la galaxie surréaliste en sera renforcée et ses idées défendues. En souhaitant que vous nous accompagniez dans cette passion et cette exigence,

Pour la rédaction d’Infosurr, Richard Walter

Couverture du n° 164


——-

Dear Subscribers, dear Readers,

Issue 164 of Infosurr, the sixth this year (on time), has just been published. It is being sent to our subscribers by post.Large exhibitions follow each other: Surrealist worlds, presenting the sumptuous Scharf-Gerstenberg collection, the « Berlin Surrealist Museum », the casts from the « Hans Arp Firm’, « the basea of his marvellous sculptures ». We will come back on the  exhibition Surrealismo e Magia – Modernita incantata (Surréalisme and Magic – the Enchanted Modernity) in Potsdam after it went to Venice, and on the recent big exhibition of Max Ernst – the « ubiquity » of « the pictor doctus who never ceased to renew himself as an artist,a  poet and a thinker ».
Poetry is still present with Alain Roussel’s experimentations and with reviews like Liveable Countries under the aegis of « Naivety, utopia and Exuberance », and with the confirmation of S as the « vital sign of Leeds surrealism ».

Homage will be paid to Charles Radcliffe, the publisher of the review Heatwave , « the only person to have resigned before being expelled » from the International Situationist. (« Just as Jack Kerouac’s life reflected the fifties, Radcliffe’s life reflected the sixties »). We will also mention Desmond Morris’s homage to Oscar Mellor, « the private surrealist » , who remained apart from the mercantile system but produced an astonishing surrealist oeuvre – in which Magritte and Delvaux are confronted with British nonsense. After 27 years of existence, Infosurr goes on making discoveries.

In the following issues we will deal with singular adventures like that of Will Alexander and his « poetic surreality », and the re-discovery of Robert Desnos’s Poems at Midnight. Our « Figures of and around surrealism » will be rich with news as well as our « Tar and Feathers » section. Homage will be renewed to Gérard Durozoi:  » he was flying high but, this being the acme of elegance, he made it all so easy to understand ». Then we will turn to Arturo Schwarz.
We will go back to Pol Bury, whose graphic work should not be overlooked next to his « animated reliefs ». Recent exhibitions like that of Camiel van Breedam, « a fabulous neo-Dada, the perfect heir to Kurt Schwitters » will be dealt with, just like the fashionable « dual exhibitions » with The gardens of Dreams  with Alberto Giacometti and Salvador Dali.
Finally, we will explore Claude Gauvreau’s « dramatic objects » and his Vampire and the Nymphomaniac, a little-known opera which constitutes the most vibrant specimen of that transplant of surrealism from Quebec, which was the « automatist movement ».

On the Infosurr website you will find the index and table of contents of the previous issues and of the catalogues of books, brochures and magazines supported and distributed by Infosurr, as well as a personal press column and various news.
As is obvious we do need your help : subscription, renewal of subscription, distribution of the bulletin and your collaboration as regards publications, exhibitions, various events which you would know of, have read or visited. (Abonnement au bulletin).
That way, knowledge of, and access to, the surrealist galaxy will be reinforced and its ideas defended. Counting on your support of our passion and seriousness of purpose.

Richard Walter and the editors.

Couverture du n° 164