Archives de catégorie : Billets et nouvelles

Nouvelles, actualités, bulletins d’humeur des rédacteurs d’Infosurr

Les films de la collection Phares enfin disponibles en ligne

La Collection Phares a été créée en 2003 par volonté de transmettre l’histoire du Surréalisme.

Cette série de films documentaires consacrée aux artistes du mouvement surréaliste a été initiée par Aube Elléouët-Breton (fille d’André Breton et de Jacqueline Lamba), et sa fille Oona Elléouët en coproduction avec Seven Doc.

Continuer la lecture de Les films de la collection Phares enfin disponibles en ligne

Max Schoendorff et Jeune Cinéma

En lisant le dossier sur Max Schoendorff dans le n° 2 de la revue Ouroboros, on se rappelle que Max Schoendorff fut aussi un passionné de cinéma. C’est lui qui avait dessiné la couverture et le logo du premier numéro de Jeune Cinéma – lettrines impossibles à reproduire lorsque la revue est passée à l’impression numérique, les caractères étant inconnus en particulier le J.

Continuer la lecture de Max Schoendorff et Jeune Cinéma

AU PAYS DE L’ÉCLAIREMENT DE CHARLES DUITS

On nous annonce :

Performance-conférence
Au pays de l’éclairement de Charles Duits 
avec Pablo Cueco, Daniel Mallerin, Christian Le Mellec, Tristan Rothhut , Pacôme Thiellement.

 

Projection du film d’Arnaud Baumann : Charles Duits en zone de confusion

Dimanche 12 février 2023, à 15 heures

A la Halle Saint-Pierre : https://www.hallesaintpierre.org/2023/01/09/charles-duits


Extrait de la présentation de Charles Duits

En 1942, Charles Duits découvre grâce à VVV, organe du groupe surréaliste en exil, la présence d’André Breton à New York. Poète précoce, épris de Rimbaud et Lautréamont, il lui adresse ses poèmes et bientôt le rencontre.

Charles Duits a 17 ans, André Breton 48ans. Une relation faite d’exaltation s’engage. André Breton : Je ne doute pas un instant que le message essentiel que j’aurai passé ma vraie vie à guetter, à saisir par bribes, que ce message passe actuellement par vous et – j’irai plus loin – peut-être par vous seul. Charles Duits : Tout à coup, je fus jeté dans un espace solaire, auguste, serein, dont le centre était la Rose des vents, la demeure des poètes, ma demeure. Il est impossible d’exprimer la surprise que j’éprouvais, presque la frayeur, lorsque je compris que Breton me considérait spontanément comme son égal et donc comme celui des Olympiens.

Les poésies de Charles Duits seront publiées dans VVV et les principales revues ouverte au surréalisme avant les années 50 ; il participera aux activités du groupe, écrira des textes automatiques avec Breton, se fâchera avec lui, comme tant d’autres, et prendra peu à peu ses distances avec les activités surréalistes. Cependant Breton demeurera pour Charles Duits celui de qui il tient son titre de poète, l’initiateur et le guide ; il ne cessera de se référer à cette figure solaire. (Christian Le Mellec)

Dans la suite des activités de la nouvelle Association des amis de Charles Duits

COLLECTION D’INFOSURR

Nous avons eu le plaisir de découvrir que la collection complète d’Infosurr (jusqu’au n°117) pouvait être proposée dans un catalogue de libraire spécialisé. C’est chose faite en janvier 2023 dans le nouveau catalogue de la Librairie du Scalaire :

 

Vous trouverez dans ce catalogue de nombreuses éditions pré-originales de textes littéraires parues dans la Nouvelle Revue Française (tous ces exemplaires de la N.R.F. faisant partie du rare tirage de luxe sur pur fil Lafuma) ; sont également proposés : des éditions originales, des livres rares ou curieux, des livres illustrés, des tracts surréalistes…

La seconde partie est consacrée aux REVUES : séries complètes et numéros séparés de COMMERCE, L’ÉLAN, RÉALITÉS SECRÈTES, VIEW, etc…

Ce catalogue, et quelques catalogues précédents, sont aussi consultables sur notre site internet : www.librairieduscalaire.com

Il y est rappelé que la revue fut fondée par Edouard Jaguer et Richard Walter, ainsi que ses quatre adresses  successives.

Pour rappel les 35 premiers numéros sont épuisés (disponibles auprès de nous en photocopie).

GÉRARD DUROZOI

Lorsque je boucle un numéro d’Infosurr, j’envoie toujours la maquette d’Infosurr à quelques amis rédacteurs pour qu’ils y traquent coquilles et autres obscurités que je m’obstine à ne pas voir. Gérard Durozoi fut toujours le premier à réagir, m’indiquant quand je pourrais avoir sa liste de corrections – et je n’ai jamais été déçu de sa ponctualité. Fin décembre 2022, j’envoie la maquette du n° 159 et je pars en vacances ; je ne reçois aucun mail de sa part, je traine un mauvais pressentiment qui s’est confirmé : Gérard Durozoi nous a quitté dimanche 8 janvier 2023 à l’âge de 80 ans.

 

Jusqu’au bout il a tenu la barre, écrivant, corrigeant, partageant des informations que lui seul savait. Il a eu le temps et l’énergie de m’envoyer sa préface à notre édition de la poésie de Jean-Michel Goutier que nous publierons au printemps 2023 à l’enseigne du Grand Tamanoir. Comme d’habitude, il n’y avait presque rien à redire à sa préface, brillante analyse des jeux de la langue et de la poésie. Cela volait haut avec Durozoi mais, comble de l’élégance, il faisait en sorte que cela soit toujours compréhensible.

Infosurr perd un de ses plus exigeants lecteurs et rédacteurs, je perds un compagnon d’aventure de 25 ans. J’attendais toujours avec plaisir ses courriers et ses mails, même quand il me recadrait sur des erreurs factuelles ou d’analyse – cela était toujours dicté par une haute exigeante de la critique et de l’amitié. Nous étions tous les deux passionnés par le surréalisme, tout en restant chacun lucide sur certains travers propres à tout mouvement artistique, qui plus est d’avant-garde. Nous avions à peu près les mêmes analyses et les mêmes préventions sur l’itinéraire de certains ou sur la qualité de certaines œuvres. Mais nous étions d’accord, sans trop de discours, pour toujours œuvrer positivement à faire connaitre ce qui le méritait.

Gérard était d’une grande discrétion sur sa vie. Il y a juste au détour d’une lettre que j’ai appris  – de manière très discrète – ses performances artistiques, à l’aube des années 70, en pleine nature dans le sud de la France. Nous évitions de parler cinéma car sinon « Infosurrétait foutu » comme il disait. Il fallait être sérieux tout ne n’oubliant quand même pas de pratiquer l’humour : Gérard ne perdait jamais l’occasion d’un trait d’esprit sans tomber dans le caniveau. C’est à lui qu’on doit la rubrique « Du Goudron et des Plumes » dans Infosurr et il s’en donnait à cœur joie.

Professeur agrégé de philosophie, Gérard restera comme un des grands connaisseurs et valorisateurs du surréalisme et de ses idées. Il y a bien sûr sa monumentale Histoire du mouvement surréaliste, plusieurs fois remise sur l’établi (Paris, Hazan, 1997 & 2004) et de nombreuses préfaces, textes ou articles sur le surréalisme ou ses participants. Étudiant je me souviens d’avoir beaucoup annoté son Surréalisme – théories, thèmes, techniques (avec Bernard Lecherbonnier, 1972). Je crois que la plus ancienne référence que j’ai trouvée était sa participation en 1970 aux Cahiers du soleil noir, n° 3, sur L’Internationale Hallucinex, « revue-tract à détruire », avec déjà une préface de Goutier.

Mais ses antennes allaient bien au-delà du surréalisme – heureusement. Il publiait beaucoup avec toujours la même exigence de style et de regard ; sa machine à penser était aussi puissante que sa machine à écrire était rapide. Il est même l’auteur d’un essai sur Samuel Beckett et de nombreux manuels scolaires et dictionnaires de philosophie. Dans sa bibliographie, on peut y trouver des essais sur Matisse, Botero, un ouvrage de référence sur Le Nouveau réalisme(2007), un Journal de l’art des années 60 (2008) et dernièrement un bel ouvrage consacré aux Histoire(s) insolite(s) du patrimoine littéraire(2019). Et puis le pamphlétaire ne pouvait pas s’empêcher de remettre les points sur les i et le vide au centre de certaines modes (son hilarant et juste Ras le bol Warhol et cie !, « Contre la pauvreté des images », 2019).

Cette clarté du style, cette acuité du regard, cette hauteur de vue, cet humour intelligent, vont considérablement nous manquer. Raison de plus que de continuer Infosurr. Toutes nos condoléances et notre soutien à Sophie, compagne de toute une vie de cet élégant gentilhomme. (Richard Walter)

NOËL VAUDOU EN HAÏTI

Un abonné d’Infosurr nous a fait part de sa petite découverte  : un « podcasts » de France Culture

 

« soit un petit documentaire quasi ethnologique de 1947  sur des cérémonies vaudou principalement commentées par Pierre Mabille…
Il y a un peu le ton de Jean Rouch mais peut être celui-ci , proche des surréalistes, l’avait-il connu ? »
Toute information sur les rapports entre Jean Rouch et les surréalistes serait appréciée.
Écrire à la rédaction qui transmettra.

Suite à cet appel, on nous a signalé le recueil d’essais réunis par THOMPSON C.W.,  L’AUTRE ET LE SACRÉ, « Surréalisme, cinéma, ethnologie »

EXPOSITIONS SURRÉALISTES 2020-2023

Actuellement, on assiste à une véritable apogée d’expositions surréalistes, chacune plus volumineuse et stimulante que l’autre et toutes attirant un public considérable. Nous n‘en citons que quelques-unes présentées depuis 2020 :

 

Je peins ma réalité. Surréalisme en Amérique latine (Fort Lauderdale, USA ; 2019–2020) ; Femmes fantastiques (Francfort-sur-le-Main, Allemagne, 2020) ; Dorothea Tanning (Londres, 2020 ) ; J.H. Moesman(Utrecht, Pays-Bas, 2020) ; Femmes du surréalisme (Halmstad, Suède, 2020) ; Unica Zürn (Atlanta, USA, 2020) ; Salvador Dalí & Hans Arp(Remagen, Allemagne, 2020) ; British Surrealism (Londres, 2020) ; Lee Miller (Zurich, Suisse, 2020) ; Dorothea Tanning (Chiddingly, Royaume-Uni, 2020) ; Toyen (Prague, 2021 & Hambourg, Allemagne, 2021–2022 & Paris, 2022) ; Óscar Domínguez/Pablo Picasso (Barcelone, 2020–2021) ; The Strange Case of Victor Brauner (Philadelphia, USA, 2020-2021) ; Meret Oppenheim (Málaga, Espagne, 2020-2021) ; Duchamp et les Femmes (Berlin, 2020–2021) ; Leonora Carrington(Madrid, 2020–2021 & Copenhague, Danemark, 2021) ; Dalí-Freud(Vienne, 2021) ; De Chirico (Hambourg, Allemagne, 2021) ; Frida Kahlo (Chicago, USA, 2021) ; Surrealist Art (Wellington, Nouvelle Zélande, 2021) ; Miró. Poème (Madrid, 2021) ; Eileen Agar (Londres , 2021) ; Le Surréalisme dans l’art américain (Marseille, 2021) ; Surrealism Beyond Borders (New York, 2021–2022 & Londres 2022) ; Meret Oppenheim (Berne, Suisse, 2021–2022, & Houston, USA, 2022, & New York 2022–2023) ; The Magritte Machine (Madrid, 2021–2022, & Barcelone,  2022) ; Phantoms of Surrealism (Londres 2021–2022) ; Sureale Tierwesen (Brühl, Allemagne, 2021-2022) ; Meret Oppenheim. Œuvres sur papier (Solothurn, Suisse 2021–2022) ; Chercher l’or du temps. Surréalismes… (Lille, France, 2022) ; Surréalisme et Magie (Venise, 2022 & Potsdam 2022–2023) ; Max Ernst et la Nature comme invention (Bonn, Allemagne, 2022-2023) ; Max Ernst (Milan, Italie, 2022–2023) ; Mondes surréels (Duisburg, Allemagne 2022-2023).

Ce qui saute aux yeux : le grand nombre d’expositions personnelles des femmes surréalistes ; la mode de faire des expositions sur deux artistes ou personnalités (Dalí & Freud, Domínguez & Picasso, etc.), le peu d’expositions en France, terre natale du surréalisme : 3 sur les 33 citées (Heribert Becker & Richard Walter, préparant les prochains Infosurr)