Gilles Brenta l’impossible

À Christine

Gilles Brenta est né le 29 novembre 1943 à Uccle, en Belgique. Son père souhaite l’orienter vers la carrière diplomatique. Il préfère peindre, dessiner et fuit l’université pour fréquenter l’atelier du peintre Maurice Boel. Il réussit le concours d’admission à la très sélective École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, où il rencontre en 1967 sa future femme, Christine Wendelen. C’est une période d’apprentissage où il est furieux, où il invente tout, où il ne lit pas. Le premier écrivain à l’intéresser sera, des années plus tard, Witold Gombrowicz. Il écrit un peu, des poèmes, en publie, est acteur au Living Theater, à Bruxelles et Amsterdam, et dans quelques films, commence à exposer et travaille comme accessoiriste puis décorateur pour le théâtre et le cinéma.

Continuer la lecture de Gilles Brenta l’impossible

Été 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le numéro 128 d’Infosurr est paru.
C’est le quatrième publié dans l’année ! Le numéro arrive par courrier postal auprès des abonnés.
Il a été plus long à sortir car il est sur 16 pages qui bouclent les événements de l’année 2016Le n° 128 commence par une présentation détaillée de l’essai de Georges Sebbag sur André Breton : 1713-1966 puis on navigue entre différentes nouvelles et humeurs : un retour sur  l’exposition Magritte à Paris et un exemple « du goudron et des plumes » de sa réception journalistique ; coup de projecteur sur l’oeuvre plastique méconnue de Sergio Lima ; rappel des Cahiers Charles Fourier et du travail précieux de Simone Debout-Oleszkiewicz sur l’utopiste ; coin thématique sur le cinéma et les poètes et la redécouverte d’Albert Lewin (Ava Gardner dans Pandora en couverture) ; présentations des occupations  urbaines des surréalistes espagnols de La Torre Magnética et de l’occupation surréaliste du Pays de Galles avec John Welson. La rubrique « Figures autour du surréalisme » est consacrée à Jean-Jacques Lefrère et Jacques Kober. Et bien sûr des nouvelles plus brèves et 5 pages de recensement. Avant de conclure sur les anecdotes de Jean-Claude Biraben.

Continuer la lecture de Été 2017

Fin du printemps 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le numéro 127 d’Infosurr est paru.
C’est le troisième publié dans l’année ! Nous rattrapons notre retard et le numéro arrive par courrier postal auprès des abonnés.
Le n° 127 rend hommage largement à Jean-Claude Charbonel avec trois textes retraçant l’importance de l’artiste, du militant, de l’animateur et de la personne. Un regard est porté sur l’actualité éditoriale sur Marcel Duchamp et ses multiples interprétations, bonnes comme moins bonnes. Max Ernst au bord de Loire, Max Ernst et Yves Tanguy à Sètes, les ultracorps d’Enrico Baj à Aoste (« toutes les créatures d’Enrico Baj sont toujours bien vivantes »), le surréalisme au Costa-Rica : l’actualité est picturale dans ce numéro. Il se termine par un coup de projecteur sur Max Schoendorff et ses dessins « à l’aveuglette ». Et bien sûr des nouvelles plus brèves et les 3 pages habituelles de recensement.

Continuer la lecture de Fin du printemps 2017

Paul Joostens

Joostens, Le grand collage, 1917, photographie de Robert Guiette
Joostens, Le grand collage, 1917, photographie de Robert Guiette

Paul Joostens naît à Anvers le 18 juin 1889, son père est marbrier tandis que sa mère est issue de la grosse bourgeoisie. Il étudie d’abord chez les Jésuites avant d’entrer en apprentissage chez l’architecte Winders dont il gardera toute sa vie la notion d’architecture et de construction, disant « Si un tableau est mal équilibré, il ne m’intéresse pas ». Il apprend également la peinture à l’Académie d’Anvers puis à l’Institut Supérieur des Beaux-arts. Ses premières toiles exécutées en 1910 sont successivement impressionnistes, pointillistes et fauves. Mais sa palette s’assombrit et sa peinture devient expressionniste. Il entame ses premiers collages d’esprit dadaïste en 1915.

Continuer la lecture de Paul Joostens

Début du printemps 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le numéro 126 d’Infosurr est paru.
C’est le deuxième publié dans l’année ! Nous rattrapons notre retard et le numéro a dû arrivé par courrier postal auprès des abonnés.Le n° 126 rend compte largement et à juste titre de la publication des lettres d’André Breton à Simone Kahn. Nous faisons aussi place aux récentes publications de Jacques Abeille et de Maurice Fourré, aux expositions de Paul Delvaux, de Francis Picabia et de quelques autres. En cette période électorales, Infosurr n’oublie pas de signaler quelques fantaisistes candidats mis en lumière par la librairie du Sandre. Et en dernière page, coup de projecteur est porté sur le trop méconnu Ted Joans.

Continuer la lecture de Début du printemps 2017

Actualités du surréalisme et de ses alentours