Archives pour la catégorie Billets et nouvelles

Nouvelles, actualités, bulletins d’humeur des rédacteurs d’Infosurr

Remedios Varo à Mexico

Par Ben Durant

Remedios Varo (Anglès, Espagne, 16 décembre 1908 – Mexico City, Mexique, 8 octobre 1963)

Enfant, son père l’encourage à dessiner et à 15 ans, abandonnant l’école, elle part étudier la peinture à l’académie San Fernando de Madrid (où l’avait précédé Salvador Dali). En 1930, elle épouse le peintre Gerardo Lizarraga et fréquente les beaux-arts à Barcelone où elle se lie d’amitié avec Esteban Francès et le groupe des surréalistes catalans. En 1936, elle rencontre Benjamin Péret venu combattre les Franquistes, coup de foudre réciproque, elle quitte son mari et suit Péret à Paris où ils se marient en 1937. Elle y rencontre Leonora Carrington.

Continuer la lecture de Remedios Varo à Mexico

Les vêtements de Frida Kahlo

par Ben Durant

Frida Kahlo (Mexico, 1907-1954)

Son père, Guillermo, d’origine juive allemande, était photographe professionnel et sa mère faisait de la peinture en amateur. Lorsque Frida naît en 1907 à la Casa Azul (dans le quartier de Coyoacan au sud de Mexico City), le Mexique est alors une république dirigée par le président Porfirio Diaz depuis 1876, mais en 1910, le mécontentement des classes pauvres va plonger le pays dans une succession de révolutions sanguinaires (Pancho Villa, Emilio Zapata) qui ne s’essouffleront qu’en 1930. C’est pour cette raison qu’ultérieurement, elle changera sa date de naissance, préférant la placer en 1910.

Continuer la lecture de Les vêtements de Frida Kahlo

Gilles Brenta – Une liberté sans limite

Par Dominique Rabourdin

Aux deux Christine

La mémorable installation du « Petit Musée Brenta » en ce même haut lieu de Gaillac en 2008 avait été l’occasion de vérifier que Gilles Brenta, collaborateur de longue date aux activités du groupe surréaliste de Belgique rassemblé autour de son ami Tom Gutt, si peu intéressé qu’il soit, prétendait-il, par la peinture elle-même (« on le voit surtout ne pas peindre », admirait Gutt ), était cependant peintre, et aussi dessinateur, collagiste, poète, éditeur, cinéaste, décorateur et créateur d’objets. Cet homme capable de tout, car il sait tout faire, travaille dans la liberté la plus absolue. Il n’hésite pas, si les circonstances l’exigent, à faire preuve du mauvais goût le plus délibérément provocant, au risque de mettre le regardeur en situation de choc. Mais il cultive également le « principe de délicatesse » avec tout ce que cela suppose de raffinement. Après s’être adonné à la brouette, il en donne aujourd’hui une nouvelle preuve avec ses variations sur le sabot.

Continuer la lecture de Gilles Brenta – Une liberté sans limite

Ça ira – plus ?

On n’a plus de nouvelles de la fondation Ça ira et de son bulletin depuis le n° 40-41 d’octobre 2010.
Il était pourtant précieux pour décrypter le climat des avant-gardes en Belgique des années 20 à 50. Ainsi dans ce dernier (?) numéro lu avec retard, deux dossiers intéressants sur la correspondance entre un abstrait belge, Jules Schmalzigaug, et un futuriste italien, Umberto Boccioni, et sur une figure méconnue de l’avant-garde
belge, Marthe Donas. (Richard Walter)
Ça ira, n° 40-41, Bruxelles (Belgique), octobre 2010.