Tous les articles par Association Infosurr

Jacques Lacomblez chez Eugenio F. Granell

[…] Granell et Lacomblez ne se sont jamais rencontrés personnellement, mais l’un connaissait l’oeuvre de l’autre. Depuis 1960 leurs oeuvres se rencontrent dans des revues ou des expositions collectives, comme Surrealist Invasion in the Enchanters’ Domain organisée par Breton, Marcel Duchamp, Jaguer et José Pierre à New York ou dans l’exposition Phases à Paris en 1963. Au début des années 60, Lacomblez voit pour la première fois « en vrai » un tableau de Granell chez leur ami commun Claude Tarnaud, tableau de la série dite « paisajes magicos » et qui le frappe par sa force.

Continuer la lecture de Jacques Lacomblez chez Eugenio F. Granell

Jean-Claude Silbermann, Passerelle d’oiseaux

Le treizième Grand Tamanoir va être publié dans les derniers jours de l’été 2021 : la « Poésies presque complètes (1959-2020) » de Jean-Claude Silbermann.

Jean-Claude Silbermann

Passerelle d’oiseaux

Poésies presque complètes (1959-2020)

Voir sa présentation sur le site du Grand Tamanoir.

A cette occasion, un coffret d’art avec une marqueterie d’après un dessin de Silbermann est édité.

Fin du printemps 2021

Text in English at the end of the message

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le numéro 149 d’Infosurr est paru, le troisième de cette année ! Le numéro est envoyé aux abonnés par courrier postal… Confinement oblige, nous espérons continuer à publier rapidement nos numéros pour rattraper notre retard.

Le numéro 149 sur 12 pages continue d’attirer l’attention sur des oeuvres ou des itinéraires méconnus ou pas assez connus, comme le « secret de ma jeunesse » de Pierre Peuchmaurd (« Je suis toujours là où on m’attend. Là est la surprise », Peuchmaurd, 2014).

Continuer la lecture de Fin du printemps 2021

S, Leeds Surrealist Group

Réfugiés dans un pub de Leeds à la veille du confinement, le 11 mars 2020, nos amis,   autour de Kenneth Cox, ont produit cette plaquette de 20 pages solides, puissantes, pleines d’une profonde réflexion. Engagés dans l’ « obscurité éblouissante » d’une promenade dans Leeds, à la manière de Ian Breakwell, ils se sont mis à l’affût du moindre détail par lequel s’ouvrent les portes de l’étrange.

Continuer la lecture de S, Leeds Surrealist Group

J.H. Moesman

L’oeuvre du peintre néerlandais J.H. Moesman (1909-1988), a été salué par André Breton en 1961, après avoir reçu une série de photos des tableaux du peintre : « Je déplore d’avoir ignoré jusqu’à ces derniers jours l’oeuvre de J.H. Moesman, que je trouve des plus fascinantes ». Le groupe surréaliste parisien lui a dédié un hommage collectif daté du 31 mars 1963 et composé de beaux textes de Breton, Fernando Arrabal, Georges Goldfayn, Ragnard von Holten, Radovan Ivsic, Alain Joubert, Joyce Mansour et José Pierre.

Continuer la lecture de J.H. Moesman

Pierre Peuchmaurd, Le Secret de ma jeunesse

[…] Le Secret de ma jeunesse est le dernier des recueils remis en septembre 2008 et janvier 2009 par Pierre à Stéphane Mirambeau, le créateur des éditions Pierre Mainard, à charge pour ce dernier de les publier, sans toutefois lui imposer un ordre de parution. C’est donc par choix de l’éditeur que ce Secret clôt la ronde posthume des parutions, interrogeant peut-être sans le dire le lecteur, « l’auteur amplifié » (Novalis), sur la lettre cachée de la jeunesse de Pierre, exposée là au grand jour, la poésie, et déjà dérobée comme femme dont les dessous dessinent l’immédiate présence dans la lumière et l’obscurité des images et des mots du poète, l’éperdu, l’insaisissable présent.

Continuer la lecture de Pierre Peuchmaurd, Le Secret de ma jeunesse

L’Ouroboros – À teste d’or

Il vient de sortir le premier numéro d’une revue de poésie, philosophie, art plastique, critique littéraire et cinématographique… d’un véritable « luxe communal », en belle couleur jaune « Gilet Jaune » -en toute conscience de cause commune. Une invitation audacieuse au contact sensuel  avec l’écrit et l’expression plastique, à contre-courant du virtuel régnant. Les éditeurs ouvrent les pages de leur « ardente revue » à la présentation de travaux « sans exercer la moindre censure idéologique ». Ils comptent avec un même « élan créateur » de tous les participants à cette aventure, que – disent-ils – « nous voulons, pour notre part –la part du feu, résistant voire révolutionnaire. Ainsi soufflons-nous résolument sur les braises, pour faire croître un feu créateur et purificateur…».

Continuer la lecture de L’Ouroboros – À teste d’or