Archives de catégorie : Les extraits de notices

Expositions, publications, revues, films, DVD décrits dans Infosurr

Mário Cesariny par António Cândido Franco

António Cândido Franco, qui, depuis des années, attire l’attention sur le surréalisme lusitanien, vient de publier une grande biographie de Mário Cesariny, qu’il a bien connu et à l’oeuvre duquel il a dédié plusieurs études, toujours en pleine compréhension et aussi avec lucidité. O triângulo mágico, « Uma biografia de Mário Cesariny » [Le Triangle magique] est la deuxième biographie qu’il a entreprise, après son livre important sur la vie d’Agostinho da Silva, un penseur portugais très singulier.

Continuer la lecture de Mário Cesariny par António Cândido Franco

Opere de Giordano Falzoni

[…] Les surréalistes appréciaient sa pratique de faire sur les murs du Quartier Latin des dessins interrompus en abandonnant sur le sol des craies colorées puis de revenir plus tard pour voir comment ils avaient été achevés par les passants. C’est André Breton qui présente sa première exposition personnelle en 1951 à la galerie romaine L’Obelisco. Breton organise à nouveau pour lui une exposition à la galerie parisienne de l’Étoile scellée en 1954, lui dédiant un texte affectueux.

Continuer la lecture de Opere de Giordano Falzoni

Jacques Lacomblez chez Eugenio F. Granell

[…] Granell et Lacomblez ne se sont jamais rencontrés personnellement, mais l’un connaissait l’oeuvre de l’autre. Depuis 1960 leurs oeuvres se rencontrent dans des revues ou des expositions collectives, comme Surrealist Invasion in the Enchanters’ Domain organisée par Breton, Marcel Duchamp, Jaguer et José Pierre à New York ou dans l’exposition Phases à Paris en 1963. Au début des années 60, Lacomblez voit pour la première fois « en vrai » un tableau de Granell chez leur ami commun Claude Tarnaud, tableau de la série dite « paisajes magicos » et qui le frappe par sa force.

Continuer la lecture de Jacques Lacomblez chez Eugenio F. Granell

J.H. Moesman

L’oeuvre du peintre néerlandais J.H. Moesman (1909-1988), a été salué par André Breton en 1961, après avoir reçu une série de photos des tableaux du peintre : « Je déplore d’avoir ignoré jusqu’à ces derniers jours l’oeuvre de J.H. Moesman, que je trouve des plus fascinantes ». Le groupe surréaliste parisien lui a dédié un hommage collectif daté du 31 mars 1963 et composé de beaux textes de Breton, Fernando Arrabal, Georges Goldfayn, Ragnard von Holten, Radovan Ivsic, Alain Joubert, Joyce Mansour et José Pierre.

Continuer la lecture de J.H. Moesman

Pierre Peuchmaurd, Le Secret de ma jeunesse

[…] Le Secret de ma jeunesse est le dernier des recueils remis en septembre 2008 et janvier 2009 par Pierre à Stéphane Mirambeau, le créateur des éditions Pierre Mainard, à charge pour ce dernier de les publier, sans toutefois lui imposer un ordre de parution. C’est donc par choix de l’éditeur que ce Secret clôt la ronde posthume des parutions, interrogeant peut-être sans le dire le lecteur, « l’auteur amplifié » (Novalis), sur la lettre cachée de la jeunesse de Pierre, exposée là au grand jour, la poésie, et déjà dérobée comme femme dont les dessous dessinent l’immédiate présence dans la lumière et l’obscurité des images et des mots du poète, l’éperdu, l’insaisissable présent.

Continuer la lecture de Pierre Peuchmaurd, Le Secret de ma jeunesse

Yves Elléouët

1955 : Yves Elléouët se présente à Paul Savatier : « Je suis poète ». De son vivant, Yves Elléouët n’a publié qu’un recueil de poèmes en 1967, La Proue de la table (Le Soleil noir), illustré par Calder, son illustre voisin à Saché. Deux autres recueils suivront, en 1980 Au pays du sel profond (éditions Bretagnes) et en 1982 Tête cruelle
(Calligrammes). Ces ouvrages sont devenus très vite introuvables.

Continuer la lecture de Yves Elléouët

Simone Debout & André Breton : correspondance

Alors que Gallimard a entrepris l’édition régulière des correspondances croisées d’André Breton, Claire Paulhan publie dans une édition soignée et richement illustrée, à tirage restreint, celle avec Simone Debout. Pour les connaisseurs, Simone Debout reste celle qui redonna à l’oeuvre de Charles Fourier, dans les années 50, tout son prestige

Continuer la lecture de Simone Debout & André Breton : correspondance

Frontières du monde habité d’Alexandre Pierrepont

À l’orée des années 1990, Alexandre Pierrepont joua, très jeune, un rôle déterminant dans le renouvellement des activités du groupe surréaliste de Paris. Si, depuis nombre d’années déjà il n’entretient plus, hélas, que des relations distantes quoiqu’amicales, avec ce groupe, il n’en a pas pour autant, fort heureusement, abandonné
toute référence ni toute implication avec l’idée et le projet surréalistes.

Continuer la lecture de Frontières du monde habité d’Alexandre Pierrepont

Chronique d’un échouage de Nora Mitrani

Chronique d’un échouage est le seul « écrit narratif » de Nora Mitrani. Un climat étrange s’installe dans cette « chronique » dans laquelle un bateau s’échoue sur le Rhône : en attendant le remorquage, la narratrice observe et raconte les 5 personnages coincés en huis clos. Ce n’est pas vraiment un roman mais plutôt, comme l’observait justement Julien Gracq, un « texte savamment disloqué, sujet de nouvelle traîtreusement, malignement désarticulé ».

Continuer la lecture de Chronique d’un échouage de Nora Mitrani