Jean-Claude Charbonel

Autre page sur Jean-Claude Charbonel

Il existe des êtres, rares, qui vivent entre le visible et l’invisible, ils en sont les passeurs passionnés.  Ces êtres ne sont jamais du départ, ils continuent de hanter les manoirs de bois flottés, dressés par la houle sur des plages infinies, les rochers déchiquetés des rêves d’Iroise, et, lorsqu’on les croit captifs, au loin, d’un piège de Morgane, ils  nous reviennent soudain sur quelque vaisseau fantôme entourés de leurs compagnons d’Aventure et de conviction.

Jean-Claude Charbonel est de ceux-là, qui ne faillirent jamais dans la fidélité au signe ascendant de la pensée et de l’éthique,  militant obstiné sur la route de lumière qui, de Novalis, Marx, Saint-Pol-Roux à André Breton, fait encore briller, dans les dictionnaires, un mot tombé dans le caniveau de la médiocratie, le mot HONNEUR.

Un peu de la transparence du regard et de l’air s’en est allé nimber les « îles inouïes », comme disait le grand mystique Jean de la Croix. Que l’on ne se méprenne point, ici, aux mots « mystique » et « Croix » : car il est question d’un cheminement constant au bord des gouffres.

Pour Jean-Claude, les récifs du Surréalisme furent toujours ses amers. Inventeur, dans le sens archéologique, d’un univers « armorigène », d’autant plus vrai qu’il est imaginaire, il est évident que son peuple ainsi découvert l’accueille et lui rend la vie.

On ne pleure pas une pierre dressée, un homme debout. Debout face à la réalité sinistre d’une société de classes qu’il n’a cessé de combattre. Avec lui, « Imaginaire » est plus que jamais synonyme révolutionnaire de « Résistance ». Nous, les compagnons, nous ne portons pas ses cendres, mais sa voix, jusqu’aux fourrés secrets de Brocéliande.

Jacques Lacomblez, Bruxelles, 30 juin 2016


Charbonel avec Welson _ 2007 _ webJean-Claude Charbonel à gauche, ave John Welson, lors de leur exposition commune Surrealism – The Celtic Eye, National Library of Wales, Aberystwyth, 2011.

Jean-Claude Charbonel dans Infosurr : 31, 36, 41, 45, 46, 49, 64, 69, 81, 85, 88-89, 99, 103.

Autre page sur Jean-Claude Charbonel